mardi 12 mai 2009

Coups portés – Cécile Guivarch

Dans son nouveau recueil « Coups portés » éd. publie.net, Cécile Guivarch nous fait retourner vers le passé. « respirations de tout un siècle ou deux de générations qui se succèdent ». Un passé sans nostalgie, dur, avec une campagne austère comme cadre. Dans un style méli-mélant les anecdotes, le lecteur redécouvre par flash des morceaux d'histoires personnelles cachées, enfouies sous des tonnes de tabous, de rancunes et d'odeurs nauséabondes « les traces on n'en veut pas quand ça pue ». Quand poésie et psychanalyse creusent ensemble les rocs intérieurs...
Ces bouts d'instants « qui sont autant brins bouts des racines », tout mélangés comme dans nos têtes. Vagues impressions, vagues témoignages d'aïeux disparus, tout est déjà en nous. Cécile Guivarch remue tout cela pour mieux le faire remonter « tout un art des histoires ces affaires qu'on n'a jamais fouillées dedans ».
On y croise les Pauline, les « Totor, Aimé, Ferdinand finissent par ailleurs reviennent ne s'effacent pas vraiment », Lourdes, l'assistance publique, la queue pour les tickets de rationnement, des « frictions d'ortie », le « calva enfermé à double tour », « quatre cinq chicots juste assez pour engloutir pain et soupe ».
L'être et l'avoir. Pas du tout l'écrit. L'avoir surtout. Ces histoires d'héritage qui montent les enfants les uns contre les autres pour parfois peu de choses « bout de terre ne vaut pas grand kopek ». Ces petites vies terminées depuis longtemps, on les prend comme bagage au moment du grand débarquement sur la terre. Ces « coups portés » avant la naissance, moins violents que dans le ventre de la mère (quoique...), il faut les accepter et finir par « se faire fœtus et attendre ».
Une poésie aux mains calleuses certes que ces mots de Cécile Guivarch, mais à la poignée franche. Un langage rude comme une toile grossière mais touchant directement au mystère de l'inné. L'inné n'est pas ligne seulement petites touches. Alors sans être maso, osez ces « coups portés ».



Coups portés, Cécile Guivarch. PDF écran et eBook (Sony/iPhone), 48 pages.
ISBN 978-2-8145-0228-4.
Les premières pages à feuilleter librement ci-dessus.
Téléchargement texte intégral 5,50 euros.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire