jeudi 7 octobre 2010

Guénane, une île au plus près du cœur.

Ce n’est pas tous les jours que l’on reçoit une île par la poste. C’est la cadeau que m’a fait Guénane, ces derniers jours. Dans ma boîte à mots, son dernier recueil, sous enveloppe kraft, sa dernière « incartade océanique » à la découverte d’Hoedic « île rase / en toute humilité ». Ile « bouquet revenant de l’enfance », « perle qu'on enfile / et porte en sautoir / au plus près du cœur ».

Après huit recueils consacrés à Enez Groe, l’île de Groix, la voici qui arpente Enez Edig et ses millénaires, sa Plage Bleue et le dit-lieu Kaspérakis. Petite île perdue dans sa légende du caneton et du canard auprès de sa soeur Houat. Avec ce recueil, je crois avoir trouvé une réponse à une question posée par Guénane dans un précédent recueil (Ile?, éd. La Porte, 2006) : « Une île a-t-elle une philosophie? ». Cette réponse pourrait être affirmative et cette philosophie pourrait être : : L'impasse est en vous pas en moi. Car l'impasse est sans doute dans ces « regards passant sans voir », ces « envahisseurs » outrageant l'île l'été venu.

Neuvième recueil insulaire donc, toujours dans ces petits recueils élégants édités par Yves Perrine. Ces petits ilots dans l’océan de l’édition. Ces bluettes échappées du brasier gigantesque de la littérature mondialisée. 32 pages de « poésie en voyage » à glisser absolument dans son sac.

Qui vient en Bretagne remplit sa cargaison d’images. Qui vient sur une île bretonne, fait respirer son âme. Alors, abordez avec Guénane, ces îles subtiles pour « naviguer juste en vous / et que ce rien vous éblouisse ».


HOEDIC (Caneton)
Guénane
Ed La Porte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire