jeudi 27 octobre 2011

Roberto Juarroz

Chaque texte, chaque mot change
selon les heures et les angles du jour et de la
nuit,
selon la transparence des yeux qui les lisent
ou le niveau de marée de la mort.

Ton nom n'est pas le même,
ma parole n'est pas la même
avant et après la rencontre
avant et après avoir repensé
que demain nous ne serons plus.

Toute chose est différente
regardée de jour ou de nuit,
mais ils deviennent plus différents encore
les mots qu'écrivent les hommes
et les mots que n'écrivent pas les dieux.

Et il n'y a aucune heure,
ni la plus prometteuse, la plus lucide, la plus
impartiale,
ni même l'heure sans quartiers de la mort,
qui puisse équilibrer les reflets,
ajuster les distances
et faire dire aux même mots les mêmes choses.

Chaque texte, chaque forme, qu'on le veuille
ou non,
est le miroir changeant, chatoyant,
de la furtive ambiguïté de la vie.
Rien n'a une seule forme pour toujours.

Même l'éternité n'est pas pour toujours.

© Roberto Juarroz
"Quinzième poésie verticale"
(Traduction : Jacques Ancet)
éditions José Corti 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire