samedi 28 décembre 2013

Jean-François Mathé

Chaque nuit devant ma porte
revient se coucher le même chemin.

Chaque matin il attend
que mes souliers lents
avec eux l’emmènent.

Et derrière moi, pour me remercier,
je sais qu’à mon ombre
il apprend la danse
et le cloche-pied.

Jean-François Mathé
(inédit)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire