samedi 18 janvier 2014

Fabrice Caravaca

extraits de La Vie de Fabrice Caravaca, édition Les fondeurs de brique, 2010 :

Page 17 :
Nous avons du souffle et nous sommes fidèles. Nous nous sentons frères et nous sommes du parti des accolades et des baisers. Nous sommes vraiment vivants et dans chaque seconde de nos éternités nous palpitons. Nous ne nous accrochons pas aux futilités. Nous sommes convaincus et nous ne nous racontons pas d’histoires.

Page 20 :
Aux étoiles qui poussent le ciel et à la lumière qui dérobe les trous noirs nous faisons des saluts fraternels. Nous sommes en haut de la montagne mais nous connaissons tous les souterrains et nous nous réchauffons à la lave en fusion des volcans. Nous avons déjà voyagé au centre de la planète.

Page 36
[…]
Nous avons en nous tous les mots des poèmes lus ou entendus. Ils vibrent et sont lumière. Ils déchirent le voile posé sur les choses.
[…]


Page 40 :
[…]
Chaque mot entendu saura nous revenir parce qu’il est en nous, parce qu’il vit en nous. Chaque poème lu ou entendu prend son essor parce qu’il continue de vivre en nos corps. Nous vivons avec des poèmes dans les mains, dans la bouche, dans le ventre, dans les poumons et dans les reins et parfois aussi dans la tête. Nous dansons sur la musique des poèmes. Nous sommes des êtres au seuil, dans les airs et qui touchent le soleil.
[…]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire