dimanche 15 novembre 2015

François Graveline - Les oiseaux du petit fleuve

Puisque la naissance est un envol, puisque le désir et la mort aussi, chercher une explication dans le vol des oiseaux. « Un oiseau passe / la vie aussi // tu n'en sais pas plus / sur elle que sur lui. »

Et puisque la vie coule vers son grand estuaire, voir dans chaque vaguelette poussée par le vent, un peu de la mémoire qui s'en va. « Sur le bord de la mémoire / les souvenirs font des ricochets / et puis s'envolent. »

Le fleuve nettoie les pensées « Au bord du petit fleuve / ton cri / a jeté sa falaise ». Mais le mystère y est partout « L'énigme / est un galet // le ricochet / une réponse. » L'envol de l'oiseau s'efface aussitôt accompli, on rêverait qu'il en soit ainsi pour tous nos soucis. Mais étudier les oiseaux et le fleuve n'est-il pas regarder vers l'avenir ? « Quand le ciel et la mer / se rejoignent en toi / de qui es-tu l'horizon ? »

François Graveline a observé le fleuve près de l'océan et les nombreux oiseaux y habitant. En nous accompagnant dans cet envol, il nous donne a lire une poésie brève, par petites touches, comme des petites haïkuarelles peintes à même le voyage.




Les oiseaux du petit fleuve
François Graveline
Editions Erès – Collection Po&Psy 2015
80 p.,10 €


Article publié également sur le site Recours au Poème

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire