vendredi 27 janvier 2017

Paul Quéré – Suite bigoudène effilochée


Les Editions Sauvages font bien de ressortir de l'oubli l’œuvre du poète Paul Quéré. Malgré la mort, c'est comme une survivance arrachée à un futur tenace qui nous est proposée avec la réédition augmentée de Suite bigoudène effilochée.
Paul Quéré fait partie de ces poètes discrets qui, préférant « Tout simplement : être! Le reste n'étant que fioritures : penser, écrire, ou faire quoi que ce soit. », ne survivent que dans la mémoire de ceux qui l’ont connu. C'est injuste et c'est pourquoi l'initiative de ses amis bretons des Editions Sauvages est non seulement louable mais également nécessaire. Pour que le travail de cet artiste complet (poète mais aussi peintre, céramiste, créateur de revues de poésie) soit remis dans la lumière.
Bretagne, car Paul Quéré y trouva la terre de l'harmonie de sa présence au monde. Bretagne en ses sols insoumis, dans son quotidien de création : « Création, créativité, pourquoi pas simplement Créiture? ».
Mais créer, c'est faire parler son âme. Et l'attachement à un pays se mesure à la qualité de l'âme qui s'en dégage. « Bretagne. Ici on ne pense pas, on chante, on danse la pensée. On ne pèse pas les mots, les arguments, on les laisse s'accorder à une mélodie, une musique interne suscitée par le lieu, l'élément, pluie et vent. Le corps la joue, comme les branches de l'arbre, la voile du bateau, le conduit de la cheminée, le rocher battu de la vague. L'âme caisse de résonance? ». Alors la terre comme âme de la création, c'était sans doute évident pour lui, d'autant qu'il travaillait la terre dans son atelier de « poèterie » du sud Finistère. « Comme le raisin en vin, l'âme se convertit. En "poésie" ».
Paul Quéré nous ramène aussi à la Bretagne de Xavier Grall qui écrivait « Les vieux de chez moi ont des îles au fond des yeux » et à qui il semble répondre : « Et pour combien de temps encore les vieilles de ce pays porteront-elles sur leur tête la virilité des monuments aux morts ? ».
Tout le recueil est marqué par une quête de l'harmonie entre l'auteur, le lieu (la géopoétique de son ami Kenneth White n'est jamais loin) et les mots : « Être en harmonie avec l'espace vécu comme une célébration : nous nous sentons, ici, plus près d'un Orient même extrême, que d'un Occident bavard, raisonneur, ratiocineur, dont nous ne pouvons saisir les paroles tant leur flot nous submerge, nous étouffe, nous noie. »
Cette recherche d'une terre-écriture, de ces « lieux-disants » qui portent en eux la transparence des sensations à écrire en poèmes, traverse toute cette suite bigoudène effilochée. Paul Quéré cherchait sur ces « écriterres » de nouvelles voies pour dire la mort, l'absence, le cosmos, le silence, l'âme, et l'âge qui effiloche la pensée.
Recherche de l'harmonie, l'équilibre, la zénitude orientale, malgré le quotidien agité « Nous n'en pouvons plus d'être en équilibre sur la crête des nerfs... ». Expression qui conserve tout son sens encore de nos jours...Trouver dans la terre bretonne ce point d'équilibre. Mais Paul Quéré n'est pas l'homme d’une seule terre, il est aussi du territoire de l'écriture, de la création : « J'écris / pour marquer le territoire / de ma vie ? De ma mort ? ».
A travers ce livre, l'on découvre également le compagnonnage de Paul Quéré avec certains auteurs : Kenneth White et Xavier Grall (lui aussi n'a eu que des filles...) déjà évoqués mais aussi Georges Perros (la forme de la première partie intitulée Meil Boulan n'est pas sans rappeler Les papiers collés), Bernard Noël et Paol Keineg dans l'exigence littéraire, d'où ce côté parfois hermétique relevé par certains lecteurs. Mais plutôt qu'hermétisme, je parlerais plus volontiers de recherche d'une nouvelle écriture avec une petite dose de mystère pour ennoblir plus encore la poésie.
Les mots de Paul Quéré restent d'une modernité certaine. C'est pourquoi cette réédition par Les Editions Sauvages méritent de trouver un lectorat important. Lisez Paul Quéré et partagez Paul Quéré.

Paul Quéré
Suite bigoudène effilochée
Les Editions Sauvages (collection Phénix)
152 p., 15€
Bon de commande à télécharger sur le site Editions Sauvages


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire