vendredi 20 juin 2014

Jacques Josse

Jacques Josse est un écrivain breton discret, trop sans doute. Poète, il a présidé longtemps la Maison de la Poésie de Rennes et a publié de nombreux poètes contemporains dans sa belle maison d'édition Wigwam. Désormais membre du collectif remue.net, il est un infatigable passeur de poésie avec ses notes de lectures toujours très appréciées.

Liscorno, petit village des Côtes d'Armor, est le point de départ de sa vie d'écrivain fortement marquée par la Beat Generation.  C'est cette découverte que Jacques Josse raconte dans ce troisième volet de sa trilogie autour de son cheminement personnel avec les écrivains. Il y avait eu
Terminus Rennes, publié chez Apogée, éditeur à Rennes et puis Retour à Nantes, publié par la Maison de la Poésie de Nantes, il y aura désormais la troisième pointe du triangle Liscorno

Ces petites proses poétiques, autour des lieux et des mots, Liscorno, ce village où a vécu Jacques Josse jusqu'à ses 18 ans, renvoient à la poésie de Kerouac et Ginsberg bien sûr mais aussi Tristan Corbière, Armand Robin, Paul Celan, Jean Genet, etc.  De sa chambre, "
mansarde qui allait peu à peu se muer en invisible (et minuscule) port d'attache", le jeune Josse lit beaucoup et rêve de lointains voyages vers les USA. Des rencontres humaines l'amènent à rencontrer des écrivains qu'il dévore rapidement et imprimeront irrémédiablement sa personnalité.

Avec son style d'écriture simple mais toute en évocation et sensibilité, Jacques Josse nous fait le portrait de personnages attachants souvent abîmés par la vie. C'est ce mélange entre le touchant des écrivains lus et celui des vieux marins ou pauvres alcoolos qui confère à ce livre un charme certain. De la poésie certes, mais surtout des histoires de vie et de biens beaux hommages à la littérature, à la Bretagne, aux gens simples et à l'amitié.

Liscorno
Jacques Josse
Éditions Apogée




Cet article a été publié également dans le n°4 de la revue Glaz Mag (page 60)

mercredi 11 juin 2014

Cesare Pavese

8 novembre 1938
 
    On ne peut connaître son propre style et l'utiliser. On utilise toujours un style préexistant, mais d'une façon instinctive qui en forme un autre qui est actuel. On ne connaît son style présent que lorsqu'il est passé et définitif et que l'on se retourne pour l'examiner en l'interprétant, c'est-à-dire en s'expliquant comment il est fait.
    Ce que nous sommes en train d'écrire est toujours aveugle. Nous ne pouvons pas savoir sur le moment si cela vient bien (c'est-à-dire si, après, en y revenant, nous estimerons ça réussi). Simplement, nous le vivons et il va de soi que les astuces, les inventions que nous y apportons, sont un autre style composé précédemment, étranger à la substance du style actuel.
    Écrire, c'est consommer ses mauvais styles en les utilisant. Revenir sur ce qui est déjà écrit pour corriger est dangereux, on court le risque de juxtaposition des choses différentes.
    Donc il n'y a pas de technique? Si, mais le nouveau fruit qui compte est toujours un pas en avant sur la technique que nous connaissions et sa pulpe est celle qui naît peu à peu à notre insu, sous notre plume.
    Que nous connaissions un style, cela veut dire que nous avons percé une partie de note mystère. Et que nous nous sommes interdits d'écrire dorénavant dans ce style. Le jour viendra où nous aurons mis en lumière tout notre mystère et alors nous ne saurons plus écrire, c'est-à-dire inventer le style.


 [...]

12 décembre 1939


    Tout artiste cherche à démonter le mécanisme de sa technique pour voir comment elle est faite et pour s'en servir, au besoin, à froid. Néanmoins, une œuvre d'art ne réussit que lorsqu'elle a pour l'artiste quelque chose de mystérieux. Naturel : l'histoire d'un artiste est le dépassement successif de la technique utilisée dans l’œuvre précédente, par une création qui suppose une loi esthétique plus complexe. L'autocritique est un moyen de se dépasser soi-même. L'artiste qui n'analyse pas continuellement sa technique est un pauvre type.



Cesare Pavese
Le métier de vivre
Nouvelle édition  2014
Folio