vendredi 4 septembre 2015

Gilles Plazy, "Paul Gauguin, l’insurgé solaire"

Depuis l’« Ut pictura poesis » de Horace, il est de tradition pour un auteur d’écrire sur la peinture, un peintre ou toute autre forme d’art. Gilles Plazy est poète et peintre et vient nous réjouir d’un nouvel ouvrage intitulé Paul Gauguin, l’insurgé solaire.

Les connaisseurs n’apprendront rien de la vie de Gauguin. Le propos de Gilles Plazy n’est pas d’en publier une biographie, ni d’en faire un roman. Il s’agit plutôt de faire revivre l’artiste, dans un je qui dirait tout de l’âme, peut être mieux que Gauguin lui-même. Pendant de courts instants, voir avec les yeux de Gauguin, sentir avec lui, s’énerver comme lui, ressentir sa vie et non pas l’observer. Entrer par affection dans la tête de cet artiste sans racines parti cueillir la fleur de tiaré.

Gilles Plazy nous permet de découvrir un Gauguin tout en douleur et en partir depuis l’enfance, puis plus tard tout en rupture avec ses pairs artistes, sauf Van Gogh. Il veut briser les codes de la peinture pour « lui donner non la légèreté de l’image, mais le poids de la peinture, non la vibration de la peinture, mais la vérité de la peinture, comme disait Cézanne, mais autrement que Cézanne ». On voit ainsi Gauguin critiquer des confrères peintres dont les œuvres se côtoient désormais dans les plus grands musées internationaux.

Peinture de la joie de vivre, de l’indolence colorée peut-être, mais aussi avec aussi la mélancolie d’une œuvre souvent traversée par « l’esprit des morts », surtout celles provoquées par les guerres de colonisation et d’évangélisation. Incas, maoris, la même quête existentielle. D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? Et sur ce point insister sur le « que » et non sur le « qui » sommes-nous ?

Le « qui » aurait exclu sans doute le monde « sauvage », « non civilisé » selon les termes de l’époque. Mais Gauguin veut peindre, loin des désirs d’Orient et d’exotisme répandus à l’époque, « le monde sauvage de l’innocence, de la joie de vivre, le monde sans Bible, sans prêtres, sans gendarmes », le « vrai monde » et « la détresse des hommes qui cherchent les dieux ».

Par petites séquences, dans un rythme très actuel, comme flashées, zappées, Gilles Plazy nous emmène de Pont-Aven à Hiva Oa, de Paris à Panama. Après avoir écrit sur Cézanne, Picasso, Chagall, Fra Angélico, Matisse, etc. Gilles Plazy nous fait découvrir le talent d’un Gauguin sauvage, libre et généreux.

Paul Gauguin, l’insurgé solaire par Gilles Plazy,
(13 Hent Ar Stankennig – 29910 – Tregunc.)
12€

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire