samedi 10 novembre 2018

Brigitte Maillard – L'Au-delà du monde


Il est des poètes explorateurs qui, sans aller bien loin et sans manipulation d'équations et de théorèmes, cherchent avec des mots cette inconnue qui pourtant nous interroge sans cesse : la vie. Brigitte Maillard est de ces auteurs qui cherchent à "Saisir la vie au bord de l'univers" mais qui la célèbrent aussi : " la vie qui parle au vent / au travers des miroirs". Son dernier ouvrage s'intitule L'Au-delà du monde, il explore la vie, la lumière, la mort "une espèce de mort / avec un horizon / et trois couleurs". Il est publié chez la Librairie-galerie Racine et nul doute que Guy Chambelland n'aurait pas désavoué ce recueil.

Dans son style, Brigitte Maillard applique à la lettre la maxime de Victor Hugo : "Poètes, voilà la loi mystérieuse : aller au-delà." Son lyrisme est fait d'appels du large et du cosmos "Un souffle d'étoiles / à portée de nos gènes". Elle explore en poète les frontières de cet au-delà et fouille dans les lumières invisibles "sur le seuil de l'invisible", "La réalité ? / / Un masque pour le devenir". Comme une forme de méditation zen en poésie face à !a fragilité du temps "Vivre le temps d'un fruit", "Ne plus vivre la vie / mais la vie devenir"

Brigitte Maillard est trop modeste pour affirmer une théorie "(Que dire de soi ? / rien / seul le silence éveille)". Elle cherche comme tout le monde et se sert de la poésie pour "enjamber le jour". Grande passeuse de poésie, elle-même éditrice, Brigitte Maillard cultive un au-delà du monde en poésie bien à elle. Dans l'universalité des mots pour dire la vie, au-delà de toute frontière "au-delà des nations // se reprendre dans le souffle /// S'unir se réunir / de la terre au ciel / de l'animal à la joie".




L’Au-delà du monde
Brigitte Maillard
Librairie Galerie Racine 2017
50 pages, 15 €

Ce recueil vient de recevoir le Prix de poésie 2017 Les Gourmets de Lettres
sous l’égide de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse




Note de lecture publiée également dans le numéro 24 de la revue Spered Gouez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire