samedi 6 juin 2020

Guy Allix - Au nom de la terre

Et tu vis cette terre qui te porte, te travaille, t'incline vers elle comme vers une page. Et tu vas cette terre au-devant de toi. Fragile est ton nom, ton nom à peine et qui s'envole dans un souffle. Et tu peines pourtant à inscrire ce sillon.

*

Tu travailles le poème comme on travaille un champ. Avec toute la lenteur nécessaire. Tu ratures la terre pour ne garder que la justesse.

*
Le peuple de la terre

On l'appelait le peuple de la terre

Mais le plus souvent on ne l'appelait pas

Tant il fallait se pencher pour trouver un nom

A ce peuple sans gloire

A ce peuple courbé 

Enraciné là 


Le peuple de la terre

L'humble

Ces hommes ces femmes

Les très bas

Toujours à hauteur de ce sol

Qui les avait vus naître 

Et n'être que si peu

Au regard de ces puissants qu'ils nourrissaient 

Peuple de ces yeux scrutant toujours le ciel

En attente d'une éclaircie ou d'une pluie


Le peuple de la terre

Au plus près de la mort

Pour donner la vie

Au plus près de l'humus 

Au plus près de l'humain 


Peuple de mains rudes

Dans le rythme exact des saisons 


Peuple de patience et de consentement 

Peuple du pays et du paysage

Qu'il dessinait inlassablement 

Les très bas

Les atterrés 


Guy Allix
Au nom de la terre
Les éditions sauvages 
Prix Paul Quéré 2017-2018


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire