mercredi 3 juillet 2019

Jacques Taurand - Les étoiles saignent bleu


Christophe Dauphin nous appelle à découvrir ou redécouvrir Jacques Taurand, poète, nouvelliste, critique, autodidacte français qui, après une vie littéraire un peu dans l'ombre malgré de nombreuses rencontres, s'est définitivement éteint en 2008. Et cette publication vient justement (au sens où ce n'est que justice) remettre un peu en lumière cet auteur non dénué de talents. Ce recueil est un hommage à l'amitié, en particulier à celle entre Christophe Dauphin, Jacques Simonomis et Jacques Taurand. Et un hommage surtout à la fidélité en amitié, à travers cette anthologie revenant sur près de trente ans de poésie.

Son enfance, bercée par un imaginaire familial aux couleurs du Brésil et marquée par les récits de chevauchées dans la pampa, d'oiseaux multicolores et de tempêtes tropicales, l'a éveillé à la puissance du récit. "A vouloir faire des nœuds avec le vent / à boutonner le cœur avec la raison / le bonheur dans la cage prend sa voix de fausset"

Bien entendu, Jacques Taurand n'est pas le seul poète à être attiré par la lumière, "entre Hélios et Séléné", ce n'est pas si fréquent de lire une anthologie personnelle autant traversée par les reflets "vous me rencontrerez / dans les reflets de l'eau sous les voûtes du soir", les faux-jours, les miroirs, la lumière d'un "parc en février" à Florence. C'est toute la pertinence du choix de poèmes opéré par Christophe Dauphin. Et l'on se laisse aisément emmener quand Taurand cherche à "faire du poème un vaisseau de lumière"

"La lumière / puisait son ardente révolte / à la source du futur / entre l'épaule et le cœur"

Dans ses faux-jours Taurand place souvent un peu de nostalgie comme ce retour sur le début des trente glorieuses : "Il y avait des rires / sur les noirs décombres / La lumière retrouvée / libérait son froment".

Lui qui reçut de Louis Guillaume ce conseil, qui vaut encore pour de nombreux apprentis poètes : travailler dans le sens du dépouillement, de la compacité, de laisser tomber les vocables trop rares, les adjectifs inutiles et favoriser l'éclosion de l'image, de la métaphore analogique.

Le "descendant des descendants" de l'École de Rochefort rend un "simple hommage" à Cadou "Toutes les rivières du printemps / bondissent dans tes yeux / et cet amour qui gonfle ta poitrine / tiendra la promesse d'un blé"

Ce recueil est suivi d'un entretien avec Jacques Simonomis où l'on en retiendra entre autres, cette citation de Louis Guillaume : "Un poème doit être un objet que l'on peut tenir dans la main sans qu'il dégouline ou s'évapore"

Je partage aussi l'opinion de Jacques Taurand à propos de la critique de la poésie :"J'ai compris assez tôt que parler des autres, écrire sur leurs œuvres, c'était aussi faire vivre et comprendre la poésie. Et puis, c'est la meilleure façon de "sortir de soi", d'oublier son "ego", de découvrir d'autres paysages affectifs, d'autres géographies sentimentales...[...] Pour moi c'est aussi un devoir minimum envers la poésie."

Jacques Taurand n'est pas resté étranger aux soucis de son époque, les guerres au Liban, au Kosovo. "Quelle parole de lumière / Fera taire les canons / L'espoir à bout de bras / porte les hiéroglyphes du sang". Et dans son poème Les longs convois, dédié "aux Kosovos passés, présents et à venir", il écrit ce passage terrible de prémonition "Demain l'arbre / sur le charnier / portera les bourgeons / de l'indifférence"...


Les étoiles saignent bleu
Jacques Taurand
Les Hommes sans Épaules éditions


Note de lecture publiée également sur le site Recours au Poème 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire